lundi 3 mars 2014

Un été à Osage county

Suite à la disparition de leur père, les trois filles Weston se retrouvent après plusieurs années de séparation, dans leur maison familiale. C’est là qu’elles sont à nouveau réunies avec la mère paranoïaque et lunatique qui les a élevées. A cette occasion, des secrets et des rancœurs trop longtemps gardés vont brusquement refaire surface…
Le film nous présente, quoique sans trop de détails sur leur vie hors de la maison maternelle, une galerie de personnage plus ou moins abîmés par la vie en générale mais surtout par leur mère. Les relations familiales sont ultra-tendues et explosent au cours d'un dîner mémorable (une scène appelée à devenir culte). Les dialogues, en forme de répliques acérées, parsemés d'humour noir, sont géniaux. Le casting en général et les actrices en particulier s'en donnent à cœur joie. Meryl Streep est impériale, magnifique, en mère abusive, accro aux cachets. On pourrait croire qu'elle en fait trop, ce serait oublié que son personnage est drogué les trois-quarts du temps, tant et si bien que son cerveau a subi des dommages. Julia Roberts, dont je ne suis pas fan d'habitude, est fantastique. Brève mention spéciale de Benedict Cumberbatch qui m'a étonnée en grand garçon timide, maladroit et castré par sa mère. La plupart des personnages sont ou durs ou cruels, ou méchants, ou égoïstes, et pourtant, on ressent de l'empathie (plus ou moins grande) pour eux. Le film montre en filigrane l'incroyable violence de certaines relations humaines et refuse le happy-end pour conclure cette tragédie comme il se doit, malgré quelques ralentissements du rythme.
9/10


Palmarès des Oscars 2014

Hier la saison des prix cinématographiques a connu son point culminant avec les Oscars présentés par Ellen de Generes.

Les Oscars du cinéma (Academy Awards) sont décernés chaque année depuis 1929 à Los Angeles et destinées à saluer l'excellence des productions mondiales du cinéma. Ils sont organisés, gérés et contrôlés par l'association professionnelle Academy of Motion Picture Arts and Sciences. Si cette compétition est ouverte aux films du monde entier à partir du moment où ceux-ci sont distribués dans le comté de Los Angeles l'année précédant la cérémonie, elle se veut avant tout une célébration de l'industrie hollywoodienne. Officieusement, les Oscars ont aussi permis de définir des fourchettes salariales pour chaque corps de métier. Certaines revendications de la profession ont ainsi pu être contenues. Les Academy Awards sont les plus anciennes récompenses dans le domaine des médias et du spectacle. Elles sont considérées comme les plus importantes de l'industrie du cinéma mondial.
Meilleur film (cette catégorie récompense les producteurs) :
Twelve Years a Slave
American Bluff (American Hustle)
Capitaine Phillips
Dallas Buyers Club
Gravity
Her
Le Loup de Wall Street
Nebraska
Philomena
Je n'ai pas vu tous les films nommés mais Dallas Buyers Club m'avait plus convaincue, de même qu'American Bluff.
Meilleur réalisateur :

Alfonso Cuarón pour Gravity
Steve McQueen pour Twelve Years a Slave
Alexander Payne pour Nebraska
David O. Russell pour American Bluff (American Hustle)
Martin Scorsese pour Le Loup de Wall Street (The Wolf of Wall Street)
Je suis plutôt d'accord, Gravity a bénéficié d'une réalisation de grande classe.
Meilleur acteur :

Matthew McConaughey pour le rôle de Ron Woodroof dans Dallas Buyers Club
Christian Bale pour le rôle de Irving Rosenfeld dans American Bluff
Bruce Dern pour le rôle de Woody Grant dans Nebraska
Leonardo DiCaprio pour le rôle de Jordan Belfort dans Le Loup de Wall Street (The Wolf of Wall Street)
Chiwetel Ejiofor pour le rôle de Solomon Northup dans Twelve Years a Slave
J'approuve, McConaughey était exceptionnel en redneck macho atteint du sida.
Meilleure actrice :

Cate Blanchett pour le rôle de Jasmine dans Blue Jasmine
Amy Adams pour le rôle de Sydney Prosser dans American Bluff (American Hustle)
Sandra Bullock pour le rôle du Dr Ryan Stone dans Gravity
Judi Dench pour le rôle de Philomena Lee dans Philomena
Meryl Streep pour le rôle de Violet Weston dans Un été à Osage County
Que des actrices très douées et aucune n'a démérité. Selon moi, Meryl Streep méritait autant que Cate Blanchett la statuette tant elle est parfaite dans Un été à Osage county.
Meilleur acteur dans un second rôle :

Jared Leto pour le rôle de Rayon dans Dallas Buyers Club
Barkhad Abdi pour le rôle de Abduwali Muse dans Capitaine Phillips (Captain Phillips)
Bradley Cooper pour le rôle de Richie DiMaso dans American Bluff (American Hustle)
Michael Fassbender pour le rôle d'Edwin Epps dans Twelve Years a Slave
Jonah Hill pour le rôle de Donnie Azoff dans Le Loup de Wall Street (The Wolf of Wall Street)
J'avais déjà précisé que j'avais aimé la prestation de Fassbender, toutefois, Jared Leto parvenait à créer une réelle empathie envers son personnage. Son talent et son courage méritaient d'être salués.
Meilleure actrice dans un second rôle :

Lupita Nyong'o pour le rôle de Patsey dans Twelve Years a Slave
Sally Hawkins pour le rôle de Ginger dans Blue Jasmine
Jennifer Lawrence pour le rôle de Rosalyn Rosenfeld dans American Bluff (American Hustle)
Julia Roberts pour le rôle de Barbara Weston dans Un été à Osage County 
June Squibb pour le rôle de Kate Grant dans Nebraska
Mouais, pourquoi pas. Son rôle ne lui permettait pas une grande palette de jeu, aussi cette récompense me parait prématurée. Julia Roberts ou Jennifer Lawrence me semblaient plus indiquées.
Meilleur scénario original :

Her – Spike Jonze
American Bluff (American Hustle) – Eric Singer et David O. Russell
Blue Jasmine – Woody Allen
Dallas Buyers Club – Craig Borten et Melisa Wallack
Nebraska – Bob Nelson
Pas vu (car pas sorti), mais je l'attends avec impatience.
Meilleur scénario adapté :

Twelve Years a Slave – John Ridley
Before Midnight – Richard Linklater, Julie Delpy et Ethan Hawke
Capitaine Phillips (Captain Phillips) – Billy Ray
Le Loup de Wall Street (The Wolf of Wall Street) – Terence Winter
Philomena – Steve Coogan et Jeff Pope
Faute d'avoir lu les livres, je m'abstiens de donner mon avis.
Meilleurs décors :

Gatsby le Magnifique (The Great Gatsby) – Catherine Martin et Beverley Dunn
American Bluff (American Hustle) – Judy Becker et Heather Loeffler
Gravity – Andy Nicholson, Rosie Goodwin et Joanne Woollard
Her – K. K. Barrett et Gene Serdena
Twelve Years a Slave – Adam Stockhausen et Alice Baker
C'est vrai que c'était grandiose !
Meilleurs costumes :

Gatsby le Magnifique (The Great Gatsby) – Catherine Martin
American Bluff (American Hustle) – Michael Wilkinson
The Grandmaster – William Chang Suk Ping
The Invisible Woman – Michael O'Connor
Twelve Years a Slave – Patricia Norris
Idem !
Meilleurs maquillages et coiffures :

Dallas Buyers Club – Adruitha Lee et Robin Mathews
Jackass Presents: Bad Grandpa – Stephen Prouty
Lone Ranger, naissance d'un héros (The Lone Ranger) – Joel Harlow et Gloria Pasqua-Casny

Meilleure photographie :

Gravity – Emmanuel Lubezki
The Grandmaster (一代宗师) – Philippe Le Sourd
Inside Llewyn Davis – Bruno Delbonnel
Nebraska – Phedon Papamichael
Prisoners – Roger Deakins

Meilleur montage :

Gravity – Alfonso Cuarón et Mark Sanger
American Bluff (American Hustle) – Jay Cassidy, Crispin Struthers et Alan Baumgarten
Capitaine Phillips (Captain Phillips) – Christopher Rouse
Dallas Buyers Club – John Mac McMurphy et Martin Pensa
Twelve Years a Slave – Joe Walker

Meilleur montage de son :

Gravity – Glenn Freemantle
All Is Lost – Steve Boeddeker et Richard Hymns
Capitaine Phillips (Captain Phillips) – Oliver Tarney
Du sang et des larmes (Lone Survivor) – Wylie Stateman
Le Hobbit : La Désolation de Smaug (The Desolation of Smaug) – Brent Burge

Meilleur mixage de son :

Gravity – Skip Lievsay, Niv Adiri, Christopher Benstead et Chris Munro
Capitaine Phillips (Captain Phillips) – Chris Burdon, Mark Taylor, Mike Prestwood Smith et Chris Munro
Du sang et des larmes (Lone Survivor) – Andy Koyama, Beau Borders et David Brownlow
Le Hobbit : La Désolation de Smaug (The Desolation of Smaug) – Christopher Boyes, Michael Hedges, Michael Semanick et Tony Johnson
Inside Llewyn Davis – Skip Lievsay, Greg Orloff et Peter F. Kurland

Meilleurs effets visuels :

Gravity – Tim Webber, Chris Lawrence, Dave Shirk et Neil Corbould
Le Hobbit : La Désolation de Smaug (The Desolation of Smaug) – Joe Letteri, Eric Saindon, David Clayton et Eric Reynolds
Iron Man 3 – Christopher Townsend, Guy Williams, Erik Nash et Dan Sudick
Lone Ranger, naissance d'un héros (The Lone Ranger) – Tim Alexander, Gary Brozenich, Edson Williams et John Frazier
Star Trek Into Darkness – Roger Guyett, Patrick Tubach, Ben Grossmann et Burt Dalton
Je dirais presque, évidemment.
Meilleure chanson originale :

Libérée, délivrée (Let It Go) dans La Reine des neiges (Frozen) – Paroles et musique : Kristen Anderson-Lopez et Robert Lopez
Happy dans Moi, moche et méchant 2 (Despicable Me 2) – Paroles et musique : Pharrell Williams
The Moon Song dans Her – Paroles et musique : Karen O et Spike Jonze
Ordinary Love dans Mandela : Un long chemin vers la liberté (Mandela : Long Walk to Freedom) – Paroles et musique : U2
Impossible de s'en débarrasser pendant une heure ou deux après le film, ce doit être une bonne chanson, en effet.
Meilleure musique de film :

Gravity – Steven Price
Dans l'ombre de Mary (Saving Mr. Banks) – Thomas Newman
Her – William Butler et Owen Pallett
Philomena – Alexandre Desplat
La Voleuse de livres (The Book Thief) – John Williams

Meilleur film en langue étrangère :
La grande bellezza Italie (en italien)
Alabama Monroe (The Broken Circle Breakdown) Belgique (en flamand)
L'Image manquante Cambodge (en français)
La Chasse (Jagten) Danemark (en danois)
Omar (عمر) Palestine (en arabe)

Meilleur film d'animation :

La Reine des neiges (Frozen)
Les Croods (The Croods)
Ernest et Célestine
Moi, moche et méchant 2 (Despicable Me 2)
Le vent se lève (風立ちぬ, Kaze tachinu)
Le vent se lève avait quand même une autre dimension ! Non ?
Meilleur film documentaire :
Twenty Feet from Stardom
The Act of Killing (Jagal)
Cutie and the Boxer
Dirty Wars
The Square (Al Midan)

Meilleur court métrage de fiction :

Helium Aquel No Era Yo
Avant que de tout perdre
Pitääkö Mun Kaikki Hoitaa?
The Voorman Problem

Meilleur court métrage d'animation :

Mr. Hublot À cheval ! (Get a Horse !)
Feral
Possessions (Tsukumo)
La Sorcière dans les airs (Room on the Broom)

Meilleur court métrage documentaire :

The Lady in Number 6: Music Saved My Life
CaveDigger
Facing Fear
Karama Has No Walls
Prison Terminal: The Last Days of Private Jack Hall

Oscars spéciaux :

Remis au cours de la 5e cérémonie des Governors Awards qui s'est déroulée le 16 novembre 2013 au Ray Dolby Ballroom at Hollywood & Highland Center.

Oscars d'honneur :
Pour récompenser de façon extraordinaire l'ensemble d'une carrière, des contributions exceptionnelles au service des arts et des sciences du cinéma, ou encore un service rendu à l'Académie.
Angela Lansbury
Steve Martin
Piero Tosi

Jean Hersholt Humanitarian Award :
Pour un individu membre de l'industrie cinématographique dont les efforts humanitaires ont fait bénéficier l'ensemble de l'industrie.
Angelina Jolie
Gravity et Dallas Buyers club sont les grands gagnants de cette cérémonie, ainsi que Twelve years a slave, Gatsby le magnifique et la Reine des neiges dans une moindre mesure. American bluff et Nebraska, respectivement nommés 10 et 6 fois, repartent les mains vides. Dans l'ensemble je suis plutôt d'accord avec les choix opérés. Je déplore encore une fois de plus le fait que la sélection tourne autour de 8 films nommés dans presque toutes les catégories. Un peu plus de diversité, ça n'aurait pas été plus mal.

dimanche 2 mars 2014

The grand Budapest Hotel

Le film retrace les aventures de Gustave H, le concierge d’un célèbre hôtel européen de l’entre-deux-guerres et du garçon d’étage Zéro Moustafa, son élève. La recherche d’un tableau volé, oeuvre inestimable datant de la Renaissance et un conflit autour d’un important héritage familial forment la trame de cette histoire au coeur de la vieille Europe en pleine mutation.

 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
De Wes Anderson, dont j'avais adoré Moonrise Kingdom, j'attendais beaucoup. J'ai été un peu déçue. Je pensais voir un film poétique, tendre et drôle, j'ai vu une aimable fantaisie tendance burlesque. L'esthétique est belle et bien travaillée, elle ne compense cependant pas un scénario foutraque qui fait sourire parfois mais jamais vraiment rire. Il faut saluer le casting grande classe et pléthorique de Ralph Fiennes, raffiné, à Adrien Brody, échevelé, en passant par Willem Dafoe, inquiétant, Jeff Goldblum, méconnaissable, Tilda Swinton, magnifiquement vieillie, ou encore Mathieu Amalric, bizarre. Le film évoque plaisamment et en 4/3 (c'est un peu étrange) la fin d'un monde, son effondrement et la nostalgie qu'il provoque. Néanmoins, malgré de bonnes intentions, il ne m'a complètement emportée.

7/10