samedi 28 juin 2014

L'ex de ma vie

Ariane, violoniste, accepte la demande en mariage de Christen, chef d’orchestre. Seul hic : elle est encore un tout petit peu… mariée ! Elle parvient à convaincre Nino, instituteur italien, de la suivre à Paris pour divorcer en 8 jours chrono. Mais il lui impose une condition : vivre leur lune de miel à l'époque repoussée.


Ce n'est pas un grand film, la faute à l'accumulation de clichés et à la fin prévisible dès l'affiche. Pourtant, ce n'est pas un mauvais film, loin de là. Le générique de début ressemble fort à celui d'une comédie des 70's, ça m'a amusée, comme un signe de bonne augure. Géraldine Nakache -avec une garde-robe à tomber-, attachante, et Kim Rossi Stuart, craquant mais parfois en léger surjeu, complices, sont pétillants et plein d'énergie. Ils assurent une bonne partie du spectacle, notamment grâce à des dialogues marrants. L'idée de la lune de miel au moment du divorce est fun et donne lieu à des scènes réjouissantes sur fond de carte postale parisienne. Le résultat, quoique manquant de piquant, est plein de charme. On sort du film détendu et souriant, bref, diverti.

7/10

lundi 23 juin 2014

The two faces of January

1962. Un couple de touristes américains très élégants, le charismatique Chester MacFarland et sa jeune épouse Colette, arrive à Athènes. À l’Acropole, ils rencontrent Rydal, jeune guide américain parlant grec, arnaqueur de touristes à l’occasion. Séduit par la beauté de Colette et impressionné par la fortune de Chester, Rydal accepte sans hésiter leur invitation à dîner. Les McFarland se révèlent moins lisses qu’il n’y paraît : le luxe et leur raffinement cachent bien mal leur part d’ombre.

 
Le réalisateur sait immédiatement créer un climat de tension, notamment grâce à la musique. L'atmosphère est soignée, dominée par une image gorgée de soleil. Le scénario est efficace quoique les dialogues soient inégaux. Vers le milieu, le film souffre d'un gros coup de mou quand les trois personnages voyagent à travers la Grèce. Tout cela manque de vrai rebondissement. Dommage pour un thriller. Chester et Rydal se lancent presque immédiatement dans une sorte de duel psychologique sur fond d'œdipe mal réglé. Colette est un personnage moins évidemment trouble -un peu jolie potiche quand même, objet de fantasmes plus que femme de tête- sinon à travers son acceptation des manœuvres de son mari, jusqu'à la rupture. Viggo Mortensen excelle, domine le casting de son charisme carnassier. Kirsten Dunst est pimpante au début puis se décompose peu à peu au fur et à mesure de la déconfiture de son couple et de leurs affaires. Oscar Isaac, dont je ne suis pas fan, campe avec talent un escroc minable qui rencontre un arnaqueur de plus grande envergure, entre fascination et haine. Le classicisme élégant du résultat est confortable mais trop lent.

6,5/10

dimanche 22 juin 2014

Jersey boys

Quatre garçons du New Jersey, issus d'un milieu modeste, montent le groupe "The Four Seasons" qui deviendra mythique dans les années 60. Leurs épreuves et leurs triomphes sont ponctués par les tubes emblématiques de toute une génération qui sont repris aujourd'hui par les fans de la comédie musicale…


C'est propre, c'est carré, c'est Clint. Voilà une comédie dramatique élégante et sobre. Le film souffre de quelques longueurs vers le milieu à cause d'une baisse de tension. C'est dommage parce qu'il est tout à fait plaisant. On suit avec plaisir le parcours de ces quatre garçons, dommage d'ailleurs que l'on en sache pas plus sur leur vie après les 70's. Outre la musique, forcément excellente, Eastwood propose une esthétique soignée et une reconstitution impeccable. La réalisation est classique, bien qu'il sache éviter la sempiternelle voix off en la remplaçant par les personnages brisant le 4ème mur. Cependant, ce récit souffre d'un effet déjà vu. Les acteurs, Christopher Walken, John Lloyd Young, Vincent Piazza, Erich Bergen, Michael Lomenda, sont parfaits. Les personnages sont attachants. On sourit souvent, on s'esclaffe parfois, on est aussi ému à quelques reprises. Le final façon Grease est fabuleux. Le résultat est léger et mélancolique à la fois et donne envie de chanter.
7,5/10