vendredi 14 novembre 2014

Serena

En 1929, George et Serena Pemberton, jeunes mariés, s’installent dans les montagnes de Caroline du Nord, où ils sont décidés à faire fortune dans l’industrie du bois. Serena se montre rapidement l’égale de n’importe quel homme et règne d’une main de fer avec son mari sur leur empire. Lorsque Serena découvre le secret de George alors qu’elle est elle-même frappée par le sort, leur couple passionné et impétueux se fissure.


Le film débute par un premier plan superbe sur une montagne noyée dans le brouillard. D'ailleurs pendant tout le film, les paysages sont magnifiques. La musique en revanche appuie un peu trop lourdement à mon goût le pathos. De nombreuses invraisemblances m'ont gênée (au début, ils se rencontrent, il lui balance une phrase idiote et, paf, ils sont mariés, l'inexplicable obsession de monsieur pour la chasse au puma, la "prophétie" qui ne sert à rien...). Certaines scènes sont inutiles, d'autres redondantes (inutile de multiplier les scènes de sexe pour faire comprendre l'alchimie sensuelle entre les personnages, d'autant qu'elle ne passe pas à l'écran). Jennifer Lawrence -mon dieu ce blond est trop clair et ce smoky hideux ne lui va pas- propose une composition intéressante sur une large palette d'émotion de la femme forte et manipulatrice à la femme dont le psychisme s'effondre. Bradley Cooper joue bien, Toby Jones aussi. Rhys Ifans campe avec talent un type mystérieux au sang-froid impressionnant. Trahisons, meurtres et corruption sur fond d'exploitation forestière. Ce qui aurait pu être un grand mélo classique manque son but, faute d'émotion. On ne s'ennuie pas mais on n'éprouve pas tellement d'empathie pour les personnages qui dérapent à partir d'une tragédie mais de façon trop brusque. Le sujet aurait mérité d'être filmé de façon plus âpre.

5/10

lundi 10 novembre 2014

Interstellar

Le film raconte les aventures d’un groupe d’explorateurs qui utilisent une faille récemment découverte dans l’espace-temps afin de repousser les limites humaines et partir à la conquête des distances astronomiques dans un voyage interstellaire.


Plus précisément, il s'agit de Cooper, pilote de la NASA devenu fermier par la force des choses qui se résout à quitter sa famille pour une mission de la dernière chance dans une autre galaxie rendue accessible par l'apparition d'un trou noir. Le premier tiers du film se concentre sur la vie sur Terre et se révèle un peu trop longue. Certes la situation est bien exposée mais il y avait moyen de faire plus court. Le reste se situe principalement dans l'espace avec des incursions sur Terre. Là encore, certaines scènes sont trop longues. Près de trois heures, c'est trop. Deux heures ou deux heures et quart auraient suffi. Parfois les dialogues très techniques ou très philosophiques m'ont perdu en route. C'est dommage. L'intrigue est bien construite et a le mérite de se pencher sur l'humain, et particulièrement sur ceux qui sont censés être des héros mais ne sont que des Hommes mais aussi sur ceux qu'ils laissent. Certains personnages secondaires existent peu et servent seulement de faire-valoir. Matthew McConaughey est excellent, il parvient à faire passer l'émotion même sous la combinaison et le casque d'astronaute (V.O indispensable). Mackenzie Foy et Jessica Chastain, dans le rôle de Murph, sont toutes les deux épatantes et, alors que le personnage aurait pu être agaçant, parviennent à le rendre attachant. Anne Hathaway, Michael Caine et Casey Affleck complètent efficacement ce casting, de même que les robots au design novateurs très sympa. La B.O est soignée et participe à la réelle tension du film. Malgré ses longueurs, le film sait aussi émouvoir, notamment grâce au talent des comédiens. Visuellement, c'est une vraie réussite, tant dans sa représentation de l'espace qu'en matière d'effets spéciaux.


7,5/10
 

dimanche 9 novembre 2014

Chef

Carl Casper, chef cuisinier, préfère démissionner soudainement de son poste plutôt que d’accepter de compromettre son intégrité créative par les décisions du propriétaire de l’établissement. Il doit alors décider de son avenir. Se retrouvant ainsi à Miami, il s’associe à son ex-femme, son ami et son fils pour lancer un food truck.


Le film s'étend plus longuement sur la vie de Casper chef de restaurant et père à mi-temps que le synopsis ne le laisse penser. Il prend le temps de poser la situation de départ, à savoir Casper, chef dans un restaurant qui s'ennuie mais qui n'ose pas reprendre sa liberté tout en essayant de s'occuper de son fils au quel il n'a guère de temps à consacrer, tout à sa passion. Toutes les scènes de cuisine sont bien réalisées et mettent l'eau à la bouche. Jon Favreau est crédible et attachant en chef à fort caractère mais aussi grand cœur. John Leguizamo et Emjay Anthony sont charmants, Sofia Vergara canon et Scarlett Johansson attendrissante. Robert Downey Jr. fait une apparition au cours de laquelle je n'ai pas compris la moitié de ce qu'il disait, même avec le sous-titrage. La complicité entre les comédiens, perceptible, fait plaisir à voir. Le scénario est simple et sympathique. Relevé d'une bonne dose d'humour, il porte sur la cuisine bien sûr et la créativité culinaire, le rapport à la critique et le poids d'internet, la renaissance d'un homme qui s'était perdu en route, les relations entre un homme divorcé et son jeune fils, l'amitié aussi. Dommage que l'assaisonnement ne soit pas plus piquant (pardon, je n'ai pas pu éviter la métaphore culinaire), tout cela est un peu trop marqué par les bons sentiments. Favreau propose une réalisation classique mais efficace. Une ou deux scènes sont de trop mais ce n'est pas handicapant. Il a choisi une B.O au top, très entraînante. Ce film n'a rien de sensationnel ou d'inoubliable mais il donne faim et on sort de la salle avec le sourire.

8/10