mardi 2 décembre 2014

Tiens-toi droite

Trois femmes qui ne se connaissent pas mais dont la volonté farouche d’évolution va les faire se rencontrer, se rejoindre, se juxtaposer.
Louise quitte le pressing de famille pour travailler dans une grande entreprise de fabrication de poupée où l'a pistonnée son amant. Lili, miss Nouvelle-Calédonie, fait la rencontre d'un riche industriel. Sam, mère de famille nombreuse, décide de prendre son indépendance. Il y a la pression de leurs mères, de leurs sœurs, de leurs amies. Il y a leurs hommes qui disparaissent. Il y a leurs filles qui les regardent, les imitent. Et il y a la conception de ce nouveau modèle de poupée, enfin à l'image de la femme.


Ce film est une énigme. Je comprends qu'il est question d'émancipation féminine, de l'image de la femme, de la sexualisation de la société mais le message est flou, brouillé par une absence quasi totale de scénario. Le film ne dépasse jamais le synopsis et n'examine jamais en profondeur l'histoire de ces héroïnes dont chacune méritait un long métrage plutôt que ce fouillis artificiellement relié. Il est plein de dialogues souvent drôles mais tellement isolés qu'ils sont sans conséquence sur la suite. Les femmes sont toutes cinglées, les hommes sont absents. Pauvre Richard Sammel qui n'est là que pour faire joli ! Jonathan Zaccaï et Michaël Abiteboul ont des rôles à peine esquissés. Marina Foïs en féministe qui peine à s'affirmer, Noémie Lvovsky, en mère débordée, et Laura Smet, en reine de beauté paumée, sont excellentes. Dommage que ces rôles soient assez caricaturaux et qu'aucun ne soit suffisamment fouillé. Heureusement, les actrices sont attachantes quoique mal dirigées : elles ne cessent de gesticuler, c'est agaçant. La réalisatrice avait sans doute un propos intéressant mais caché derrière une mise en scène hystérique et un montage décousu. En résumée : heu... hein ?

2/10

dimanche 30 novembre 2014

Astérix : le domaine des dieux

En 50 avant Jésus-Christ, toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute ? Non ! Car un village d'irréductibles Gaulois résiste encore. Exaspéré, Jules César change de tactique : c’est la civilisation romaine qui devra séduire les barbares gaulois. Il fait construire à côté du village un domaine résidentiel destiné à des propriétaires romains, « Le Domaine des Dieux ». Les Gaulois résisteront-ils à l’appât du gain et au confort romain ? Leur village deviendra-t-il une simple attraction touristique ?

L'animation est soignée et bien faites mais j'ai regretté la proéminence des nez des personnages, on ne voit que cela. Les dialogues sont très drôles, les situations aussi. Le scénario critique le présent sans subtilité mais avec efficacité, ce qui permet de donner un peu de corps à ce film pour enfants. On sent la présence et l'humour d'Alexandre Astier. Ce dernier aurait pu pousser le bouchon plus loin à mon avis, le résultat manque de sel. Les doublages sont bons, on reconnaît avec plaisir quelques voix, notamment issues de Kaamelot. En revanche, Hercule Poirot qui double Astérix, c'est bizarre ; en effet, Astérix retrouve son doubleur historique mais dont la voix est trop âgée par rapport au reste du casting. C'est une bonne adaptation, pleine de drôlerie mais un peu fade.

7/10