dimanche 7 décembre 2014

La french

1975. Pierre Michel, jeune magistrat muté à Marseille avec femme et enfants, est nommé juge du grand banditisme. Il décide de s’attaquer à la French Connection, organisation mafieuse qui exporte l’héroïne dans le monde entier. N’écoutant aucune mise en garde, le juge Michel part seul en croisade contre Gaëtan Zampa, figure emblématique du milieu et parrain intouchable. Pour obtenir des résultats, il emploie des méthodes peu orthodoxes.


C'est un policier classique, "à la papa". Deux figures charismatiques s'opposent sur fond de trafic international de drogue. Dommage que le réalisateur ait choisi de filmer caméra à l'épaule. L'image tressaute sans cesse, on ne voit rien à l'action et ça donne le tournis. Horripilant. Pour ceux qui, comme moi, sont trop jeunes pour connaître l'histoire, c'est un bon point d'entrée mais le film manque trop de détails pour être vraiment précis. C'est regrettable parce qu'elle est intéressante, portée par une excellente B.O. et bien menée malgré quelques ralentissements du rythme. D'ailleurs la grande scène de rencontre, qui n'a pas eu lieu en réalité, n'apporte rien. Jean Dujardin joue un juge courageux mais obsessionnel qui ne manque pas d'humour. J'ai mis du temps à dépasser Jean Dujardin l'acteur pour voir le juge même si cela ne retire rien à son talent. Gilles Lellouche est quant à lui le truand sympathique, violent mais bon père et bon mari. Ces deux personnages sont attachants. Céline Sallette et Mélanie Doutey campent les épouses aimantes de ces messieurs. Il faut citer Benoît Magimel, en léger surjeu, Guillaume Gouix et Bruno Todeschini, discrets mais efficaces, et Féodor Atkine en Deferre opportuniste. Et justement, plus que la petite histoire plus ou moins romancée, ce qui frappe dans ce film, c'est ce qu'il dit du Marseille des 70's : ville corrompue, gangrenée par la drogue et le racket. Et aujourd'hui ?

7/10