vendredi 8 mai 2015

Un peu, beaucoup, aveuglément

Lui est un inventeur de casse-têtes carrément ours qui ne supporte pas d'être dérangé dans sa solitude. Elle est une pianiste préparant un concours qui pourrait changer sa vie. Ils sont séparés par une cloison très, très, très fine.
C'est de la guimauve bien sucrée mais pas trop lourde. Le film est vraiment charmant, plein de maladresses. Il contient aussi quelques scènes surréalistes au mieux, complètement n'importe quoi où on se dit mais pourquoi ?????? au pire. Si l'idée de départ est plutôt rigolote (même si ça m'a rappelé le début de Lullaby) et pas vue trop souvent, le scénario est un peu léger. Il lui manque en effet un argument solide. Clovis Cornillac est égal à lui-même. Mélanie Bernier est adorable, toute mimi et tout à fait attachante. Lilou Fogli et Philippe Duquesne campent deux seconds rôles sympathiques. Ou comment parler joyeusement de solitude. Une jolie bluette.
6,5/10



Les jardins du roi

Artiste aussi douée que volontaire, Sabine De Barra conçoit de merveilleux jardins. En 1682, son talent lui vaut d’être invitée à la cour de Louis XIV, où le célèbre paysagiste du roi, André Le Nôtre, fasciné par l’originalité et l’audace de la jeune femme, la choisit pour réaliser le bosquet des Rocailles. Ce sera une pièce maîtresse des jardins, la salle de bal à ciel ouvert du nouveau palais que le Roi Soleil souhaite créer à Versailles pour éblouir l’Europe.
La première scène fait peur, il faut la dépasser. Il faut dépasser aussi les libertés prises avec l'Histoire et les incongruités, sinon, on peut souffrir. Cela dit, le film a des qualités. Des décors et des costumes soignés (quoique parfaitement anachroniques et Versailles a déménagé en Angleterre), de beaux paysages, quelques très jolis moments, un ou deux moments de grâce. Alan Rickman est tout de même meilleur acteur que réalisateur -cela dit quand on est aussi bon acteur... Il propose un Louis XIV trop maniéré à mon goût mais aussi grandiose et pathétique à la fois. Kate Winslet est épatante, elle joue une femme indépendante, triste, une innocente au milieu des intrigues de cour. Matthias Schoenaerts est bon mais heureusement qu'il est charismatique sinon son personnage serait terne. Les personnages secondaires sont tous intéressants et s'ils sont traités en peu de scènes, ils parviennent toutefois à exister. McCrory, Ehle et Tucci sont excellents. Le scénario aurait mérité d'être plus fouillé. C'est charmant, mais tout cela ne prête guère à conséquence.
6,5/10