samedi 27 juin 2015

Gunman

Ex-agent des forces spéciales, Jim Terrier est devenu mercenaire. Jusqu’au jour où il décide de tourner la page et de se racheter une conscience en travaillant pour une association humanitaire en Afrique. Lorsque son ancien employeur tente de le faire tuer, Jim n’a d’autre choix que de reprendre les armes.
Je commence mal la séance, je n'avais pas vu qu'elle était en français sous titrée français. Un supplice ! D'autant que le doublage n'est pas top. Cela faisait un moment que je n'avais pas vu Sean Penn au cinéma et j'avais oublié combien je n'aime pas sa voix française. Voilà un thriller classique qui se veut à l'ancienne. D'ailleurs, la trame est très classique et donc prévisible d'autant que la bande annonce en dévoile beaucoup. C'est lent à démarrer et ça manque de tension, faute de véritable enjeu. Sean Penn, bodybuildé, s'essaie au film d'action. Pourquoi pas ? Il ne s'en sort pas trop mal mais son personnage est sous exploité, surprenant vu qu'il s'agit du personnage principal. Les personnages secondaires sont tantôt horripilants -Javier Bardem surexcité- tantôt attachants -Ray Winstone-. Les scènes d'action se révèlent bien réalisées et lisibles. Le sujet politique est secondaire mais intéressant : l'action des multinationales sur les pays africains en guerre. On ne peut que regretter qu'il ne soit que survolé au profit d'une intrigue assez artificielle et pleine d'incohérences. Restent quelques bonnes scènes d'action.
4/10


mercredi 24 juin 2015

Un moment d'égarement

Antoine et Laurent, amis de longue date, passent leurs vacances en Corse avec leurs filles respectives : Louna et Marie. Un soir, Louna séduit Laurent. Louna est amoureuse mais pour Laurent ce n'est qu'un moment d'égarement... Sans dévoiler le nom de son amant, Louna se confie à son père qui cherche par tous les moyens à découvrir de qui il s'agit...

On est en Corse, c'est l'été, il fait beau, il fait chaud. Une horripilante gamine hystérique -oui, une ado quoi- se jette sur le meilleur ami de son père et le poursuit de ses assuiduités (sur ce point, on peut la comprendre). Voilà tout le scénario, ça fait court pour un film. Ici, il s'agit d'un vaudeville où des gamines font la moue, où Cluzet pète un câble et où les portes claquent. Cela peut parfois faire sourire mais aussi agacer. Lola Le Lann (quelle allitération !) aura besoin d'un autre rôle pour me convaincre, son rôle de nymphette m'a laissée froide. Alice Isaaz s'en sort mieux même si le mode "ouais meuf" ne lui va pas. François Cluzet est pareil à lui-même. Vincent Cassel est plutôt crédible en papa cool, et effectivement, il donne envie de s'égarer avec lui. C'est une petite comédie d'été gentillette qui se regarde sans déplaisir mais ne casse pas des briques.
5/10


dimanche 21 juin 2015

Vice versa

Au Quartier Général cérébral de Riley, 11 ans, cinq émotions sont au travail : Joie, débordante d’optimisme et de bonne humeur, Peur chargé de la sécurité, Colère qui s’assure que la justice règne, et Dégoût qui empêche Riley de se faire empoisonner la vie. Quant à Tristesse, elle n’est pas très sûre de son rôle. Lorsque la famille de Riley déménage, les émotions ont fort à faire pour guider la jeune fille durant cette difficile transition.
 
L'idée de départ est géniale et plutôt bien retranscrite. Le quartier cérébral, le pays de l'imagination, la production des rêves, les îles de personnalité et la pensée abstraite sont top. Toutefois, certaines interactions entre ce qui se passe à l'intérieur et les réactions de Riley ne sont pas claires, ou du moins m'ont échappées. Le design est sympa, coloré et réfléchi mais ne m'a pas totalement convaincue, le rendu final n'est pas forcément très esthétique et manque de vie. L'action est rythmée malgré quelques coups de mou, sans doute à cause d'une narration bancale et bourrée de bons sentiments. L'émotion passe bien même si on la voit arrivée de loin. L'humour fonctionne bien, on rit souvent mais pas aussi souvent que je l'espérais. Le final dans la tête de plusieurs individus est très drôle. Au final, c'est un divertissement intelligent qui évoque le passage à l'adolescence. On reste trop loin de Monstres et Cie et de Nemo. "Nage droit d'vant toi, nage droit d'vant toi".
6/10
 
PS : Le titre anglais, Inside out, est plus parlant que Vice versa qui ne correspond à rien.