samedi 18 juillet 2015

Ant-Man

Scott Lang, cambrioleur doué, va devoir apprendre à se comporter en héros et aider son mentor, le Dr Hank Pym, à protéger le secret de son spectaculaire costume d’Ant-Man, afin d’affronter une effroyable menace…
Je n'étais pas convaincue du tout par le concept. Au final, je ne suis pas tout à fait convaincue. Ce film est clairement un opus de présentation des personnages, il manque de véritable action, même s'il est relativement rythmé. Le personnage principal est sympathique mais pas nécessairement enthousiasmant peut-être parce que Paul Rudd, s'il joue bien, reste, pour moi associé au genre comique pas très fin. Evangeline Lilly, bien que cachée sous sa frange, bénéficie d'un vieux capital sympathie qu'elle ne fait pas diminuer, au contraire. Michael Douglas est bienvenu en scientifique grincheux. Plutôt drôle, le scénario a choisi un humour un peu lourdingue. En revanche, c'est une réussite en matière d'effets spéciaux. Pas désagréable mais pas top.
6/10
 
 
 

vendredi 17 juillet 2015

Une certaine idée du bonheur de Rachel Kadish

Je l'ai acheté il y a un mois ou deux, je l'avais un peu oublié. J'y suis donc revenue.
 
 
Universitaire new-yorkaise d’une trentaine d’années, Tracy Farber a décidé de vivre en retrait pour consacrer son existence à l’étude du bonheur. Sa vie est bouleversée par une rencontre amoureuse qui la pousse à quitter son poste d’observatrice, elle se rend vite compte que toutes ses positions intellectuelles ne lui sont pas d’un grand secours.
Rachel Kadish, diplômée de Princeton, vit à Boston. Une certaine idée du bonheur est son premier roman publié en France. Elle a reçu le John Gardner Fiction Award et le Koret Foundation’s Young Writer on Jewish Themes award.
Le roman démarre lentement. J'ai eu du mal à m'identifier à Tracy, tergiverseuse professionnelle, heu pardon, professeur en attente de titularisation à New York. Son ami Jef semblait bien plus intéressant. Dommage ce n'est qu'un personnage très secondaire. Les autres personnages sont plus ou moins attachants. Tracy, elle, réfléchit tout le temps, trop en réalité. D'un regard échangé, elle fait une interprétation en une longue phrase de dix lignes. On sent que le livre est écrit par une intellectuelle qui réfléchit beaucoup et qui aime une belle langue, quoique parfois un brin ampoulée. Elle fait de nombreuses références à des auteurs américains. Je ne les connais pas tous, j'avoue ça m'agace. Et puis cette manie de tourner autour du pot. Elle est aussi souvent drôle, ou du moins, elle fait sourire. L'un des principaux intérêts du livre réside dans sa description féroce d'un département d'anglais dans une université : entre passion de la littérature et machinations politiques. Ses théories sur le féminisme, que je ne partage pas toutes, sont aussi passionnantes. Ses théories sur le bonheur m'ont en revanche laissée un peu froide. On ne s'ennuie jamais mais la lecture peut être ardue. La fin est un peu rapide à mon goût, tout à coup, pouf, coups de baguette magique, tout est dénoué.
 
6/10

mardi 14 juillet 2015

Tale of tales

Il était une fois trois royaumes voisins où vivaient un roi fornicateur et libertin, un autre captivé par un étrange animal, une reine obsédée par son désir d'enfant... Sorciers et fées, monstres, ogre et vieilles lavandières et saltimbanques sont les héros de cette libre interprétation des célèbres contes de Giambattista Basile.
Le film se divise en trois histoires distinctes. Toutes sont étranges et cruelles. Dommage qu'à la fin, elles ne soient pas toutes terminées. Le casting est impeccable de bout en bout. Salma Hayek est impériale. Son segment est riche, de même que celui de Toby Jones et Bebe Cave. Celui de Vincent Cassel est souvent drôle et passe au tragique en un rien de temps grâce aux deux sœurs. Les décors et les costumes sont sublimes, pleins de détails, la musique est top, très enveloppante. La photographie est superbe, elle donne corps au merveilleux poétique et baroque du film. Il manque quelque chose pour que ce soit vraiment parfait, un lien plus concret entre les histoires peut-être ou une meilleure façon d'impliquer le spectateur. En effet, les passages entre les trois histoires manquent de fluidité. On ne s'ennuie pas et les rebondissements peuvent être surprenants. Ici, le réalisateur se moque des travers de ses personnages, le film se révélant une illustration des péchés capitaux.
8/10
 




lundi 13 juillet 2015

Les profs 2

Les pires Profs de France débarquent en Angleterre pour une mission ultra-secrète dans le meilleur lycée du pays où ils vont appliquer leurs célèbres méthodes sur la future élite de la nation. Aux meilleurs élèves, les pires profs quand même !!!
 
Le premier était bordélique, le second y va très fort dans l'absurde. Problème, l'effet de surprise est passé. Le casting est particulièrement inégal, le scénario absent et néanmoins prévisible. La B.O se révèle sympa et pleine d'énergie. Le jeu de l'opposition entre Français et Anglais se résume à quelques clichés vu et revus à des clins d'œil qui ressemblent à des appels du pied. Si on accepte le non-sens, on peut rire pas mal dans ce film. Et l'oublier aussitôt sortie de la salle.
3/10

dimanche 12 juillet 2015

Magic Mike XXL

Trois ans après que Mike ait renoncé à sa vie de strip-teaseur, les Kings of Tampa sont eux aussi prêts à jeter l'éponge. Mais ils veulent d'abord enflammer la piste de danse lors d'un ultime spectacle époustouflant à Myrtle Beach et en partageant l'affiche avec le légendaire Magic Mike.
Revoilà nos strip-teaseurs préférés, cette fois pour un road trip à travers le Sud des États-Unis. Le scénario est inexistant, les dialogues sont parfois drôles, parfois carrément ineptes et en tout cas trop nombreux. Par comparaison au 1er cet opus a perdu en sensibilité. Honnêtement, on ne va pas voir ce film pour le réfléchir, encore moins sur sa morale new age genre connais-toi toi-même pour être un bon artiste. On y va pour voir cinq types, vraiment bien fichus avec des abdos à tomber danser sur une musique entraînante. Et de ce point de vu, le film remplit le contrat. Channing Tatum, Matt Bomer, Joe Manganiello, et leurs amis sont beaux à regarder, dansent bien et semblent s'amuser. De charmantes -plus ou moins jeunes- femmes complètent le casting : Amber Heard, Andie MacDowell, Jada Pinkett Smith. Les chorégraphies sont particulièrement sexualisées mais réalisées avec un certain esprit bon enfant qui fait passer la pilule, d'autant qu'elles sont bien pensées et bien réalisées, parfois sacrément acrobatiques. Un petit bémol sur le dernier show qui manque d'une vraie scène de groupe. Le film n'a pas le génie de Full Monty mais les garçons y sont plus jolis à regarder et on ressort avec la pêche.
5,5/10
 
Pour le plaisir des yeux :
 



 
Miam !