samedi 22 août 2015

Une famille à louer

Paul-André, la quarantaine, est un homme timide et introverti. Riche mais seul, il finit par conclure que ce dont il a besoin, c'est d'une famille. Violette, pleine de peps, est menacée d'expulsion et a peur de perdre la garde de ses deux enfants. Paul-André propose alors un contrat en tout bien tout honneur pour louer sa famille contre le rachat de ses dettes.
 
Même si pour une fois la bande annonce n'en révèle pas trop, Une famille à louer est une comédie prévisible. Charmante aussi, caricaturale (il est triste et vit dans une maison d'architecte grise et bien rangée, elle est pauvre donc vulgaire, mal sapée et joyeuse et sa maison est un vrai foutoir où rien ne marche), souvent drôle, parfois attendrissante, parfois triste aussi. Française en bref. Elle peine à démarrer, le premier tiers est comme gêné aux entournures, ça rame. Ensuite, la petite histoire se déroule de façon plus fluide. Benoît Poelvoorde n'est jamais aussi bon qu'en introverti mélancolique. Je ne suis pas sûre toutefois qu'il croit complètement ans le rôle. Virginie Efira conserve son charme mais semble parfois à la limite du surjeu. Les deux gamins sont plutôt pas mal. Il y a une indéniable bonne volonté dans ce film qui évoque la solitude, les relations familiales et leurs difficultés. J'ai trouvé la scène du pique-nique assez dure mais très réaliste. Dommage que cet aspect ne soit pas plus fouillé. On ressort de bonne humeur, parce que les personnages sont attachants et la B.O vraiment chouette.
6/10


dimanche 16 août 2015

Mission Impossible - Rogue nation

L’équipe IMF est dissoute et Ethan Hunt se retrouve désormais isolé, alors que le groupe doit affronter le Syndicat. Cette organisation sans scrupule est déterminée à mettre en place un nouvel ordre mondial à travers des attaques terroristes de plus en plus violentes.
C'est un opus palpitant, mélange équilibré d'action survitaminée et d'humour. Tom Cruise, très en forme et tenant à le prouver, remplit le cahier des charges avec énergie. Rebecca Ferguson, ravissante, ressemblant à s'y méprendre à Michelle Monaghan, campe un personnage mystérieux à souhait. Simon Pegg, Ving Rhames et Jeremy Renner ne sont là que comme faire-valoir, sympathiques tout de même. Dommage que Tom Cruise et son ego prennent autant de place car dans la série initiale, tous les membres de l'équipe comptaient. Sean Harris campe un méchant acceptable qui aurait gagné à avoir un peu plus d'épaisseur. L'intrigue tient plutôt bien la route et le suspense dure de façon raisonnable mais pas au-delà. Les enjeux sont réduits car laissés de côté tant le véritable but du Syndicat est vague. Quelques ellipses permettent au surplus de ne pas donner d'explications qui pourraient être gênantes (comment Benji sort de l'opéra ? comment Hunt retrouve Lane ? etc). Et je ne comprends pas pourquoi l'épouse de Hunt a disparu du paysage, pas la moindre petite allusion. Les effets spéciaux sont de qualité et les scènes d'actions enlevées et lisibles. La scène de l'opéra est géniale. La suite dans deux ans je suppose.
7/10