samedi 13 février 2016

Joséphine s'arrondit

Depuis deux ans, Gilles (homme-parfait-non-fumeur-bon-cuisinier-qui aime-les-chats) et Joséphine (fille-attachiante-bordélique-mais-sympathique) s’aiment. Tout est parfait. Jusqu'à une nouvelle inattendue : ils seront bientôt trois. Ne pas devenir comme sa mère, garder son mec et devenir une adulte responsable, tout un tas d'épreuves que Joséphine va devoir affronter, avec Gilles... à leur manière.

Joséphine revient et elle est enceinte. Moins irresponsable que dans le premier, elle doit aussi gérer sa sœur dépressive, sa mère qui veut à tout prix qu’elle se marie, son chômage... Marilou Berry campe à la perfection cette égoïste pleine de charme qui découvre les “joies” de la grossesse. Mehdi Nebbou, Medi Sadoun et Sarah Suco complètent joliment le casting. Les répliques sont drôles, les situations rigolotes, la musique extra et impeccablement adaptée. Un bémol ? Le scénario est un peu light et aurait mérité d’être étoffé. Toutefois, le film est tellement plein d’énergie et de tendresse pour ses personnages attachants que l’on passe un excellent moment, d’autant que Marilou Berry évoque aussi des thèmes intéressants : la crainte de la grossesse, la crainte d’être un mauvais parent, la crainte de ressembler à ses propres parents. Certains sont exacerbées de façon parodique et drôle mais elles conservent un fond de vérité dans lequel on ne peut que se reconnaître. Ça pétille, ça crie un peu, ça hystérise beaucoup, on en sort souriant.

7,5/10

dimanche 7 février 2016

Les Tuche 2 - Le rêve américain

À l’occasion de l’anniversaire de « Coin-Coin », la famille Tuche part le retrouver aux Etats-Unis où il participe à une université d’été : les choses ne vont pas se passer comme prévu, mais alors pas du tout.
On prend les mêmes et on recommence. La surprise n’y est plus mais la fantaisie toujours. C’est un film sur une famille de beaufs assez idiots mais attachants. Du coup, les Tuche n’ouvrent la bouche que pour dire une bêtise énorme avec un accent affreux. Je ne parle pas de leurs coupes, ni de leurs fringues. Jean-Paul Rouve, Isabelle Nanty, Claire Nadeau, Sarah Stern, Pierre Lottin, Theo Fernandez campent cette famille assez cinglée mais aimante. Le scénario est inexistant, les péripéties improbables, l’humour un peu lourdingue. Mais il faut avouer que c’est vraiment drôle. C’est vrai qu’ils sont souvent ridicules mais le regard du réalisateur, Olivier Baroux, n’est jamais méchant, toujours tendre. On ne s’ennuie pas, on rit et on sourit beaucoup mais on est loin de la transcendance.

4/10