samedi 26 mars 2016

Midnight special

Fuyant des fanatiques religieux et des forces de police, Roy, père de famille et son fils Alton, sont les proies d'une chasse à l'homme à travers tout le pays, mobilisant même les plus hautes instances du gouvernement fédéral. Roy risque tout pour sauver son fils et lui permettre d'accomplir son destin.
La première qualité de ce film empreint de mélancolie, c'est son originalité. Jusqu'à la fin, on se demande qui est Alton, d'où il vient et comment tout ça va finir. Michael Shannon campe sobrement un père taiseux, inquiet et entièrement dévoué à son fils et au destin de celui-ci. Jaeden Lieberher est un jeune acteur adorable et plein d'avenir. Joel Edgerton joue bien le tiers étonné mais de bonne volonté. Kirsten Dunst est parfaite en mère aimante et paumée. La tension naît dès les premières minutes et ne se relâche jamais, notamment grâce à la B.O. Le peu d'effets spéciaux est bien réalisé, mais ils sont plutôt suggérés la plupart du temps. La relation entre chaque parent et le gamin est traitée sans pathos, presque sans mot mais avec des regards et des silences tout à fait suffisants. C'est à la fois étrangement terre à terre et plausible et onirique, intense et émouvant. Le film ne prend pas le spectateur pour un imbécile et le laisse juger, non sens références. J'ai pensé à Spielberg mais aussi Stephen King. Jeff Nichols est décidement un réalisateur que j'apprécie.

9/10


mercredi 23 mars 2016

Les promesses de l'ombre

Rendons-nous fin 2007... Eastern promises... Promesses orientales...
Bouleversée par la mort d'une jeune fille qu'elle aidait à accoucher, Anna tente de retrouver la famille du nouveau-né en s'aidant du journal intime de la disparue, écrit en russe. La sage-femme rencontre Semyon, propriétaire du luxueux restaurant Trans-Siberian mais aussi redoutable chef de la mafia russe locale. Entre Semyon et son fils Kirill, prêts à tout pour récupérer le journal, et l'innocente Anna, la loyauté de Nikolai, leur chauffeur et homme de main, va être mise à rude épreuve.
Au début, j'ai hésité à voir ce film mais je n'ai vraiment pas été déçue ! Il décortique les liens entre deux mafieux père et fils, entre ceux-ci et un membre de leur gang, entre ce dernier et une jeune femme naïve et enfin entre celle-ci et le premier. Vous suivez ? Viggo Mortensen est fantastique en homme de main impassible, efficace et qui cache si bien son jeu. Il y a aussi Vincent Cassel, effrayant dans son rôle de psychopathe mafieux même si parfois il surjoue légèrement et que son accent prête à sourire. Armin Mueller-Stahl campe un chef à la fois charismatique et sans pitié. Enfin Naomi Watts est parfaite en sage-femme courageuse qui découvre la mafia et son rôle dans la communauté russe locale. C'est sombre, violent, brillamment exécuté malgré un scénario somme toute assez classique. L'ambiance est lourde, prenante. La scène de combat dans les bains turc est impressionnante. Dans ce thriller maîtrisé, pas de pathos, des sentiments mais pas de sentimentalisme. Une réussite !

8/10

lundi 21 mars 2016

Le journal de Bridget Jones

Faisons un tour au pays  merveilleux des romcoms.

Bridget Jones, employée calamiteuse d'une maison d'édition londonienne, veut trouver un petit ami, voire même l'homme idéal. Pourquoi pas Daniel Cleaver, son patron ? Et pas question de sortir avec l'insupportable Mark Darcy, l'incarnation de tout ce que Bridget déteste chez un homme. Elle veut aussi perdre du poids et arrêter de fumer.
Un de mes films favoris ! Il remonte le moral de toutes les filles qui ont des complexes (et on en a toutes). Les tribulations professionnelles et sentimentales de cette trentenaire névrosée et loufoque sont singulièrement jouissives. Elle hésite entre son patron qui adore ses sous-vêtements et même les pires (!) et avec qui elle échange des mails sans équivoque et un charmant type qu'elle ne peut pas encadrer au premier abord parce qu'il porte des pulls affreux à tête de cerf et qu'il parait des plus arrogants. Il y a aussi ses amis incontrôlables et adorables (et bourrés le plus souvent), ses parents attachiants, ses beuveries, ses doutes. Renée Zellweger est excellente, fantaisiste à souhait. Hugh Grant trouve ici un rôle délicieusement décalé par rapport à ses habitudes. Colin Firth est impeccable, sexy juste ce qu'il faut, gendre idéal tout le reste du temps. C'est une bonne adaptation montée sur une B.O absolument géniale qui supprime certains personnages et certaines scènes mais sans perdre l'âme du livre qui évoque aussi les célibataires de la fin des 90's, début 00's. Ce film est un bonbon jubilatoire et hilarant en forme d'attachante guimauve.

9/10

dimanche 20 mars 2016

10 Cloverfield lane

Michelle se réveille dans une cave après un accident de voiture. Ne sachant pas comment elle a atterri dans cet endroit, elle pense tout d'abord avoir été kidnappée. Son gardien tente de la rassurer en lui disant qu'il lui a sauvé la vie après une attaque chimique d'envergure. En l'absence de certitude, elle décide de s'échapper... 
Dans ce huis-clos, tout est angoissant : l'accident de voiture du début, le prétendu sauveur, le très passif compagnon d'infortune, le bunker décoré comme une maison, la musique qui swingue. La sensation d'oppression est quasi permanente. On s'interroge pendant tout le film sur la réalité et le mensonge, le suspense tient sur la durée. Howard est dingue, ça, c'est sûr, mais à quel point ? Y a-t-il vraiment quelque chose dehors ? Ce thriller habile rend paranoïaque. Mary Elizabeth Winstead campe brillamment cette fille banale qui se trouve embarquée dans une histoire folle et se découvre capable de faire face. John Goodman est flippant en ancien marine adepte de toutes les théories farfelues qui passent et John Gallagher Jr. joue bien le type paumé et placide. Le peu d'effets spéciaux est très bien réalisé. Le final est vraiment surprenant.

9/10