jeudi 29 décembre 2016

Assassin's creed

Grâce à une technologie révolutionnaire qui libère la mémoire génétique, Callum Lynch revit les aventures de son ancêtre Aguilar, dans l’Espagne de la fin du XVème siècle.  Alors que Callum découvre qu’il est issu d’une mystérieuse société secrète, les Assassins, il va assimiler les compétences dont il aura besoin pour affronter, dans le temps présent, une autre redoutable organisation : l’Ordre des Templiers.
Je ne connais rien du jeu vidéo mais j'ai lu deux ou trois des romans qui en sont tirés, ça aide à rentrer dans l'univers mais celui-ci est suffisamment accessible pour ceux qui ne connaissent pas du tout. On sent que c'est un épisode de découverte qui prend le temps de poser la situation. Quoique caricaturale, l'opposition entre les Templiers et les Assassins n'est pas dénuée d'intérêt. Le propos est lourdement appuyé mais il n'en reste pas moins particulièrement d'actualité. Le film ne permet pas aux acteurs de grandes palettes de jeu mais le casting s'en sort bien, Michael Fassbender, toujours charismatique, en tête. Les personnages auraient mérité d'être plus fouillés. Les univers, bien tenus, entre présent technologique glacé et passé poussiéreux, offrent de belles promesses d'effets spéciaux ; et elles sont tenues. Dommage toutefois que le numérique domine à ce point. Les scènes que l'on peut assimiler à du parkour sont top, celles de combat sont bien chorégraphiées mais manquent de visibilité. Le film démarre assez vite et l'action se répartit harmonieusement tout au long du scénario qui, il faut le reconnaître, n'a rien de complexe. Si le visuel est beau mais parfois confus, le résultat reste efficace pour un honnête film d'action louchant sur l'ésotérisme.

6,5/10