samedi 5 août 2017

My cousin Rachel

Début du XIXème siècle, Philip, un jeune propriétaire terrien anglais, apprend la mort mystérieuse de son cousin en Italie, survenue peu après son mariage avec Rachel, une jolie veuve. Il n’a qu’une idée en tête : découvrir les véritables raisons de sa mort afin de le venger. Mais la visite inattendue de cette nouvelle cousine va tout bouleverser. 
J'ai lu le roman dont est tiré le film quand j'étais adolescente. J'en garde le souvenir diffus d'un roman sombre. Le film est à l'image du roman, auquel il est très fidèle par ailleurs, il distille une atmosphère sombre, presque tendue par la suspicion, quoique pas tout à fait aussi oppressante que celle de Du Maurier. Si le casting est de qualité, il aurait pu être plus percutant si des acteurs, plus vénéneux pour elle et plus charismatique pour lui, avaient été choisis. Rachel Weisz joue bien le mystère et l’ambiguïté mais manque de séduction. J'avais en effet le souvenir d'une cousine Rachel irrésistible, fascinante. Sam Claflin est charmant mais manque un peu de présence. De plus, son personnage tombe amoureux en deux scènes alors que la fascination qu'exerce sa cousine sur lui est plus progressive dans le roman : elle met du temps à transformer la méfiance et l'envie de vengeance en amour fou. Iain Glen est parfait. Michell a travaillé la lumière et la reconstitution avec soin ; sa réalisation n'a toutefois rien du piquant nécessaire à l'adaptation de l'œuvre de Du Maurier et elle a un je-ne-sais-quoi d'académique. Je suis restée sur ma faim car l'absence d'ampleur et d'épaisseur occulte les qualités pourtant réelles du film.
 
6/10

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire