samedi 2 septembre 2017

Seven sisters

Parce que la Terre est surpeuplée, une sévère politique d’enfant unique a été instaurée. Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses sept petites-filles. Confinées dans leur appartement, elles partagent chacune leur tour une identité unique à l’extérieur : Karen Settman. Leur système bien huilé s’effondre le jour où Lundi disparaît…
What happened to Monday ? en vraie V.O. Ah ! cette manie du titre en anglais mais différent de l'original... A l'heure des smartphones, c'est vraiment ridicule. La première réussite du film est sans doute de parvenir à dédoubler Noomi Rapace en sept individualités distinctes sans que les effets spéciaux soient visibles. Celle-ci offre une prestation assez exceptionnelle et souvent émouvante. Pourquoi l'avoir rajeunie à trente ans ? Deux ou trois ans c'est crédible mais six au moment du tournage, ça commence à se voir. Par ailleurs, une caractérisation un peu plus nuancée de ces femmes auraient servi le film. Willem Dafoe fait une apparition marquante d'humanité et de rigueur quand Marwan Kenzari apparaît à la fois inquiétant et rassurant. Glenn Close joue mais son visage est un peu étrange, trop de chirurgie ? Le scénario, bien qu'assez prévisible, tient la route malgré quelques incohérences et exploite plutôt bien la singularité de chaque sœur. L'action, violente, parfaitement visible, démontre les capacités physiques de l'actrice tout en illustrant celle de ce monde dystopique effrayant, le tout sur une B.O sympa. Évidemment un appel à mieux prendre soin de notre planète. Si on accepte les imperfections du scénario, le film se suit avec beaucoup de plaisir.

8,5/10



Wind river

Cory Lambert, pisteur dans la réserve indienne de Wind River, perdue dans l’immensité sauvage du Wyoming, découvre le corps d’une femme. Le FBI envoie une jeune qu'il va aider à mener l’enquête dans ce milieu hostile, ravagé par la violence et l’isolement.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
J'ai détesté Sicario, j'ai adoré Comancheria. Ce 3ème volet de la trilogie Nouvelle frontière américaine devait donc départager mon avis sur Taylor Sheridan, scénariste des premiers, scénariste et réalisateur du troisème. Eh bien je lui trouve beaucoup de talent ! Wind river est un grand film à l'atmosphère aussi soignée que la photographie, sans parler de l'excellente B.O. Western glacé, thriller prenant, le film bénéficie d'un scénario simple mais terriblement efficace. La communauté amérindienne y est décrite en filigrane, avec une certaine délicatesse. Rien n'est tape à l'œil, tout est maîtrisé, y compris une très belle scène d'action. Jeremy Renner, royal, Elizabeth Olsen, sobre, et Kelsey Asbille, belle et forte, sont formidables. Pour une fois, les femmes sont aussi les héroïnes de ce polar sombre, mélancolique, émouvant et pourtant porteur d'espoir. Un réussite sur toute la ligne.
 
9,5/10

dimanche 27 août 2017

Les 10 films du dimanche soir

C'est dimanche soir et je déprime un peu à l'idée d'aller au travail demain. Vous aussi ? Comme tout le monde quoi ! 
 
Voici la liste des films qui me filent la pêche, qui me donnent envie de sourire, de danser, de boire un bon verre de vin, de me vernir les ongles et de papoter avec mes copines, bref, qui me font me sentir mieux. 
Pas dans un ordre de préférence parce que ce serait trop dur de choisir -et on est dimanche bon sang !-, donc dans l'ordre alphabétique.

Dirty dancing 
Parce qu'on ne laisse pas Bébé dans un coin. Parce la musique est géniale, sans parler des scènes de danse, parce que bon sang ce que Patrick Swayze pouvait être séduisant !
Easy virtue 
Parce que l'élégance et la légèreté de ce film mésestimé me donnent envie d'apprendre le tango et de conduire une vieille voiture de sport. Et de m'essayer au french cancan...avec dessous.
Grease 
Parce que You're the one that I want.
L'arnacœur 
Parce que Vanessa Paradis et Romain Duris dans un numéro de charme à tomber. cf Dirty dancing
Le journal de Bridget Jones 1, 2 et 3 
Parce qu'on a toute une Bridget qui sommeille en nous. Ok, surtout moi. Parce que Mark Darcy. Bon, soyons honnête, parce que Daniel Cleaver aussi.
 
Love actually 
Parce que c'est un monument de la comédie romantique. Parce que Alan Rickman. Et tous les autres. Et la B.O. Et la finesse d'écriture. Et la danse du premier ministre. 
The full Monty 
Parce que ces losers sont les plus attachants du monde et que vous n'entendrez plus jamais Hot stuff sans avoir une petite chorégraphie en tête.
Sous les jupes des filles
Parce que cette comédie féministe, pétillante, drôle et sexy est dotée d'une B.O parfaite. Parce que la bande d'actrices.
Bien sûr, il y a des tas d'autres films que j'adore et dans un autre genre Les tontons flingueurs et La grande vadrouille me font hurler de rire, mais pas danser. 
 
Allez, je suis sympa, je vous autorise à piocher dans ma liste ;-)